Cycle “Passer par le travail pour répondre à la crise”

Dans la conférence d’ouverture :

Christian du Tertre montre que l’absence de perspectives de développement des entreprises industrielles inscrites dans une dynamique néo fordiste est liée à la saturation de la demande de biens durables et semi-durables des ménages. La crise industrielle précède ainsi la crise financière.

Dans le même temps les formes spécifiques que prennent les dynamiques d’innovation dans les services permettent de conjuguer l’obtention de gains de productivité et l’offre de nouveaux services répondant à des attentes non saturées des ménages et des entreprises, et offrant ainsi des perspectives de croissance. Cependant, aux regards des spécificités de l’innovation dans les services, il devient fondamental de s’appuyer sur l’expérience du travail qui permet de faire remonter vers les directions d’entreprises l’évolution des attentes des bénéficiaires.

Seconde conférence

Pour que cette dynamique soit en capacité d’entrainer, à son tour, l’industrie, encore faut-il que cette dernière se mette « au service des services ». C’est l’objet du nouveau modèle économique d’entreprise qui émerge actuellement, qui a été présenté au cours de la seconde conférence. Christian du Tertre est revenu sur les conditions de cette émergence et les transformations institutionnelles qu’elle exige et sur les mutations du rapport social de travail qui la soutiennent.