Passer par l’activité réelle de travail

Comment sortir de la dynamique néolibérale insufflée par la loi El Khomri sans se laisser enfermer dans une réaction dont la préoccupation centrale serait de maintenir les dispositifs institutionnels actuels ? Ces deux orientations qui structurent l’essentiel du débat public et des « réformes » (ou des « non-réformes »), depuis maintenant plusieurs dizaines d’années, créent une situation de blocage alors même que des pans importants de la société expriment régulièrement, notamment aujourd’hui à travers les « nuits debout », leur refus d’être considérés comme des marchandises, variables d’ajustement, qui seraient échangées sur un marché.
Ces deux orientations ont la caractéristique, l’une comme l’autre mais pour des raisons apparemment opposées, de mettre à distance les évolutions du travail réel et la compréhension des mutations économiques qui les soutiennent, comme les questions de société qu’elles soulèvent.

« Passer par le travail réel »
comme activité créatrice de valeur et comme enjeu d’émancipation,
tel est le thème que nous proposons de discuter
afin de dessiner une voie alternative à ces deux écueils.

La conférence sera présidée et animée par François Hubault (ergonome, Maître de Conférences à l’université Paris 1 et cofondateur d’ATEMIS). Elle réunira Benjamin Coriat, économiste, Professeur à l’Université Paris Nord, membre du Collectif d’Animation des« Economistes atterrés », et Christian du Tertre, économiste, Professeur à l’université Paris Diderot , directeur scientifique d’ATEMIS.

La conférence dans son intégralité :