La loi El Khomri et ses débats : où est le travail réel ?

A travers les formes diverses qu’elle a prises et continue de prendre, la loi El Khomri poursuit une ambition déjà bien engagée à travers la loi Rebsamen de faire évoluer les relations de travail.

L’évolution des conditions de réalisation de la performance économique est souvent évoquée pour justifier de moderniser les règles de contractualisation et de gouvernance existantes, le mode de production des règles étant appelé à se rapprocher du local pour mieux ancrer les rapports sociaux sur les lieux mêmes du travail, dans les entreprises, les territoires et les pratiques sociales. Cette refonte des rapports sociaux de travail dessine-t-elle la perspective d’un nouveau Contrat Social où la place et le contenu du salariat, comme forme dominante d’emploi, seraient repensés ? Mais alors de quel travail réel cette loi Travail parle-t-elle et quelles perspectives lui propose-t-elle ?

Les justifications formulées par les promoteurs de cette loi ont varié au fil des jours : simplification, compétitivité, souplesse, dialogue social, lutte contre le chômage, accès à l’emploi des jeunes, … Mais les réactions suscitées par cette loi, que défendent-elles ? Le débat public qui s’élabore à cette occasion, de quel travail parle-t-il et quels enjeux sont-ils discutés ? Sous ce regard, est-ce que les supports innovants et les formes renouvelées de ces débats  concourent à désenclaver le travail réel et le porter plus au centre des échanges que dans les dispositifs institutionnels actuels ?

Il est dans l’ambition même du laboratoire d’intervention et de recherche ATEMIS d’articuler ce qui se joue dans l’activité de travail avec ce qui se joue dans la société à travers le travail et de dégager ainsi la puissance politique du travail. L’enjeu concerne tout autant le périmètre de la performance à redéfinir que le contenu et l’organisation du travail. l’actualité très sensible dégagée par le projet de loi El Khomri est donc pour nous un rendez-vous qu’il faut tenir pour développer la communauté de pensée et d’action capable de soutenir notre engagement professionnel, social et politique sur la centralité du travail.

ATEMIS vous convie ainsi à sa prochaine conférence, animée par François Hubault ((ergonome, Université de Paris 1, ATEMIS) qui accueillera Ludo Torbey (Bloggeur, Osons Causer), Jean-Marie Bergère (Association travail et politique), Sandro de Gasparo (ergonome, ATEMIS et président de l’association Travail Santé Société Territoire – TSST) et Christian du Tertre (économiste Directeur scientifique ATEMIS) pour débattre avec vous.

La conférence dans son intégralité :